中国

Signe chinois cochon

Depuis le 5 février 2019, c'est l'année du Cochon de Terre (l'an 4717 du calendrier chinois traditionnel) 

介绍

Le poids de la Chine est devenu considérable tant au niveau macro-économique que boursier. Il y a un manque de visibilité sur la croissance de la Chine qui doit résoudre ses contradictions : comment peut-elle maintenir une bonne croissance tout en limitant l'envolée du crédit; comment peut-elle concilier le développement du secteur privé avec le maintien de la toute-puissance du parti et de l'Etat ? En 2019, le gouvernement chinois devra faire face à l'expansion du commerce en ligne qui permet au pays d'être leader mondial avec l'équivalent de 2 000 milliards de dollars échangés à l'horizon 2020 et d'autre part l'accroissement domestique du crédit aux ménages. Pour les autorités locales, les risques de dérapage financier seront à surveiller de très près.

新闻

Finance : un centre de services financiers a ouvert ses portes dans la zone de démonstration pour la  coopération économique et commerciale locale entre la Chine et l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Neuf organisations, dont la Banque de développement de Chine, la Banque d'import-export de Chine et la China Export & Credit Insurance Corporation, ont intégré cette place financière. La ville de Jiaozhou, administrée par Qingdao dans la province chinoise du Shandong (Est), vise à fournir des services financiers professionnels dans le cadre d'une coopération économique et commerciale bilatérale et multilatérale parmi les membres de l'OCS. Cette zone s'étend sur 61,1 km² et permettra la construction d'une quantité de projets significative proche d'un total de 14 milliards de dollars jusqu'en 2024.

Hautes Technologies : le Guangdong travaillera avec Hong Kong et Macao pour établir un groupe de laboratoires de hautes technologies industrielles et la création d'un corridor d'innovation technologique reliant Guangzhou, Shenzhen, Hong Kong et Macao : coopérations avec les universités, les centres de recherche, les instituts au cœur de la Grande Baie.

La Chine a utilisé 1 152 tonnes en 2018 grâce à une forte demande intérieure, faisant du pays le plus gros consommateur d'or au monde pour la sixième année d'affilée. L'emploi manufacturier des lingots d'or a grimpé de 3,2% pour atteindre 286 tonnes. La consommation à des fins industrielles et autres a bondi de 17,5% pour atteindre 107 tonnes. Soulignons que la Chine a conservé sa position de premier producteur d'or au monde pour la douzième année consécutive. Elle a répondu au développement durable par une vague de fermetures de mines d'or et une baisse de la production dans les principales provinces productrices, dont le Shandong, le Jiangxi et le Hunan.

Réseaux sociaux : pour utiliser Facebook, Twitter, Instagram, Whatsapp, Youtube, Netflix ou d'autres services (comme ceux de Google avec Gmail ou Google Play) il est indispensable d'utiliser un réseau privé virtuel (VPN).

Marine militaire : un site situé au large des îles de Wansha s'est ouvert à la fois aux applications civiles et militaires. La superficie de sa zone nord est de 21,6 km² tandis que celle au sud s'étend sur 750 km². La base se trouve sur l'île de Xiaowansha qui couvre 5,7 km². Le gouvernement de la ville de Zhuhai, la China Classification Society, l'Université des technologies de Wuhan et Océanalpha, une société spécialisée dans les drones marins, ont signé un protocole d'accord en décembre 2017 pour construire le premier site d'essai pour des navires non habités en Asie. Il est conçu pour simuler, tester et vérifier les fonctions des bateaux sans équipage, notamment la planification des itinéraires, le suivi, l'accostage et le départ. De telles innovations permettront dorénavant des coopérations mondiales entre l'industrie, les universités et les institutions de recherches sous l'égide en particulier d'organisations comme l'OMC. 

国际关系

Chine / Union Européenne : pour permettre aux entreprises de rester compétitive au niveau des produits et des services, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) préconisait dans un rapport détaillé que les deux ensembles économiques s’appuient à l'avenir sur un système commercial multilatéral. Lors de la rencontre des délégations de PDG et hauts responsables pour la Chine, conduite par Zeng Peiyan, président du Centre chinois pour les échanges économiques internationaux (CCIEE) et de la délégation européenne conduite par le vice-président Jyrki Katainen, les objectifs ont été de développer les relations économiques et commerciales des deux entités. Pour faire avancer l'évolution de l’OMC, l’UE s’opposera au protectionnisme et aura un partenariat sans faille avec la Chine. Par ailleurs, Le vice-Premier ministre chinois Liu He a encouragé la Chine et l’UE à s'entendre mutuellement pour parvenir au développement gagnant-gagnant de leurs relations. Les conséquences de ce rendez-vous remarquable, qui s'est tenu fin 2018, ont conduit les deux parties à se retrouver à Bruxelles le 9 avril 2019 pour un sommet extraordinaire. A travers la réforme de l'OMC, les dirigeants chinois voient dans le renforcement de la coopération économique entre la Chine et l'UE une chance à saisir.

Chine / États-Unis : les deux géants économiques se targuent de bien résister à la guerre commerciale qui les oppose. Mieux encore, c'est à celui qui montrera le meilleur bilan à en croire les différentes interventions qui ont émaillé l'année en cours. Le gouvernement chinois souligne des perspectives extrêmement optimistes pour l'économie du pays et affirme sa capacité de renforcer ses positions. En face, la guerre d'usure n'éreinte pas davantage les États-Unis. Au premier trimestre 2019, Washington a vu la richesse domestique grimper de 3,4% en données corrigées annuelles. Le président américain Donald Trump estime pouvoir faire durablement progresser le produit intérieur brut de son pays au rythme de 3% par an sans aucune difficulté. 

Chine / OCS : le vice-président chinois Wang Qishan a salué la prise de fonction dans son pays de Vladimir Norov, en tant que nouveau secrétaire général de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS). La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a chaleureusement insisté lors d'un point de presse international, indiquant qu'il était certain que Vladimir Norov, ancien Ministre des Affaires étrangères de l'Ouzbékistan de 2006 à 2010, apporterait toute sa contribution professionnelle à l'OCS. L'homme politique ouzbek a été nommé secrétaire général de l'OCS par les dirigeants des pays membres, lors du sommet de l'organisation à Qingdao (Chine) en juin 2018. La capitale du pays ,Beijing, ville hôte du secrétariat de l'OCS est sensible à toute modification à la tête de l'alliance coopérative regroupant 50% de la population mondiale. 

Chine / Inde : avec l'intégration de l'Inde depuis le 9 juillet 2017 aux activités de l'OCS ralliant notamment la Russie et la Chine, il n'est pas du tout étonnant de voir le président chinois Xi Jinping et le Premier ministre indien Narendra Modi renforcer les contacts dans le cadre d'une confiance mutuelle de leurs pays et de porter à un niveau supérieur les liens bilatéraux. La multiplication des rencontres entre les dirigeants des deux puissances offrent des perspectives de consensus et un développement d'échanges accrus. Cet élan toujours plus positif des relations sino-indiennes leur apporte mutuellement non seulement une forte dynamique de croissance, mais aussi davantage de stabilité et de certitudes dans une conjoncture internationale en pleine mutation. A l'avenir, les deux parties doivent tirer parti de leurs mécanismes de dialogue sur les affaires politiques, diplomatiques, frontalières, sécuritaires, économiques, commerciales et culturelles pour consolider leur communication et approfondir la confiance mutuelle. Beijing et New Delhi ont pour ambitions de développer leur partenariat, élargir les échanges commerciaux bilatéraux et consolider leur association en matière d'investissements, de santé, de réduction de la pauvreté, de protection de l'environnement et de gestion des catastrophes voire aussi un élargissement des échanges culturels. Les deux pays cherchent à explorer les moyens leur permettant de coopérer avec des tierces parties dans davantage de domaines et renforcer leur coordination et leur coopération au sein d'organisations multilatérales telles que les Nations Unies, et la fameuse OCS plus que jamais à l'ordre du jour. Dans un soucis d'apaisement sur la scène continentale, la Chine œuvre aussi pour une entente entre l'Inde et le Pakistan. Sur fond d'enjeux commerciaux et frontaliers, Beijing tente de s'immiscer dans cette relation particulière. Mais rien ne dit que l'Inde soit d'accord. Sans doute préfèrera-t-elle négocier en tête-à-tête avec le gouvernement d'Islamabad ?

 

 

 

Make a free website with emyspot.com - Report abuse